L’atelier Communication, Emotions, Relations (C.E.R).

Les relations interpersonnelles constituent une question constitutive de nos émotions, de notre aptitude à communiquer et de notre vie relationnelle. Il suffit d’évoquer les relations familiales, l’amour, l’amitié, les relations de travail, pour constater qu’elles structurent et nourrissent notre vie quotidienne.

La relation à l’autre est une autre manière de progresser en connaissance de soi.

Aucun modèle de la relation (psychanalytique, systémique, cognitiviste, sociologique ou philosophique) ne rend compte de l’ensemble du phénomène relationnel.

L’objectif de l’atelier est d’améliorer la qualité de la vie émotionnelle, de la communication et des relations interpersonnelles. Concrètement, cela signifie :

−  améliorer les aptitudes en communication,

−  comprendre et maîtriser les problèmes d’émotions,

−  développer des relations vraies, indépendamment des circonstances.

Avec, comme objectifs ceux d’être mieux dans sa peau, plus respectueux de soi et des autres, plus joyeux et à l’initiative.

Ces ateliers s’inspirent principalement du modèle de l’approche centrée sur la personne, inspirée par Carl Rogers, probablement le plus explicite en termes de vécu.

Trois niveaux s’articulent :

  1. intrapsychique, avec les émotions,
  2. interactionnel, entre personnes,
  3. social et culturel, mettant en jeu les représentations.

Quelles sont les capacités travaillées ?

−la compréhension empathique : sentir avec justesse les sentiments, sensations, significations de l’autre, en étant capable de les refléter,

−la congruence : l’adéquation entre ce qu’une personne ressent, la conscience qu’elle en a, et la façon dont elle l’exprime,

−la considération positive portée vers le ressenti de l’autre.

Ces ateliers prennent le parti-pris de la primauté de l’expérience vécue. Viendront ensuite les temps de la symbolisation et de l’interprétation.

Le fonctionnement de l’atelier se décline ainsi :

−Nombre de participants engagés pour le cycle : 8 au maximum.

−Durée d’un atelier : 3 heures

−Nombre d’ateliers par cycle : 6

−Jour : le samedi matin.

Périodicité de 3 à 4 semaines.

 

Un  outil de travail psychothérapique demande des années avant de trouver une forme stable et démontrer son utilité. L’atelier « Communication – Emotions – Relations » correspond à des besoins évidents dans les premiers mois d’une démarche de mise à distance de l’objet-alcool. Maîtriser ses émotions, les canaliser, en faire un bon usage est indispensable. Communiquer suppose d’avoir conscience de son image, de sa voix, de ses postures et de sa gestuelle, en situation d’émetteur et de récepteur. L’enjeu est de progresser en termes de vie relationnelle, en analysant ce qui fait problème, par le moyen de mises en situation commentées.

Nous n’oublions pas que la problématique addictive constitue, à la fois, un remplissage plus ou moins compulsif pour tenter de combler un vide psychique insécurisant, un défaut d’élan, de désir et de symbolisation, et une recherche d’effets pour pallier un déficit de sens. Faire exister l’autre et l’environnement, à ses yeux, comme des objets externes, à respecter ou à combattre, selon les contextes, est une façon de construire et de développer sa personnalité, de la faire émerger de l’insignifiance, d’évoluer vers l’épicurisme pragmatique. Cet axe de soin suppose d’avoir la capacité de savoir évacuer ses affects anxieux et dépressifs, d’atténuer ses instabilités d’humeur pour connaître un positionnement d’ensemble moins nombriliste, plus joyeux, davantage relié !

Dans la mesure où il s’agit d’une approche nouvelle dans notre pratique psy-alcoologique, nous sommes attachés à l’évaluer pour en vérifier l’efficacité, en lien avec les patients.

C’est dire qu’à la fin de chaque séance et de chaque atelier, les participants et les soignants seront sollicités pour formuler leurs observations. D’autre part, comme le vécu d’une activité et son effet à distance ne se superposent pas obligatoirement, le questionnement sur l’apport de l’atelier sera renouvelé à distance.

Cet atelier est confié à Georges PADER et à Dol CLOTET-RIFE.

Déroulement du premier atelier

(A titre illustratif)

Objectifs 

−  Faire progresser en écoute

     Qu’est-ce qu’écouter ? A quoi ça sert ?

     Ecouter et entendre. Les émotions mobilisées dans l’écoute. Les surdités psychiques.

− Faire prendre conscience à chaque participant de ses modes d’interaction préférentiels.

Modalités

− Présentation des animateurs, du cycle et des règles qui seront respectées pour que chacun se sente à l’aise.

− Brève présentation des participants.

− Le groupe se sépare en dyade. Chacun, tour à tour, exprime ses attentes de l’atelier, ses principales difficultés relationnelles et s’astreint à l’écoute.

Mise en commun du résultat de ces échanges à deux. Les animateurs aideront à « déplier » l’expérience en proposant quelques pistes :

 → Pour la position d’écouté :

− Avez-vous perçu chez l’écoutant des manifestations émotionnelles ? Elocution, visage, regard, attitudes…

− Si oui, cela a-t-il eu une influence sur le contenu et la forme de votre expression ?

− Est-ce facile ou pas de s’exprimer sans retour verbal ? Est-ce libérateur ou contraignant ?

→ Pour la position d’écoutant :

− Avez-vous senti des fluctuations émotionnelles ? Vous êtes-vous senti affecté ?

− Avez-vous perçu des décrochages d’attention ?

− Est-ce facile de ne pas s’exprimer ?

− Avez-vous senti en vous-même du jugement ou de l’évaluation ?

− Vous êtes-vous senti en compréhension, sympathie, compassion ?

 Pause

 − Présentation de la lecture « humaniste » de la relation, de l’interaction des capacités travaillées :

-  la compréhension, en toute situation, de ce que l’autre exprime et laisse entendre,

-  l’adéquation entre les mots et ce qui caractérise la communication dans son ensemble,

-  la prise en compte du ressenti de l’autre pour progresser dans la relation.

     Présentation de la grille de Porter.

−  Mise en jeu d’un laboratoire d’écoute active.

Le groupe de 8 se divise en deux. Chaque groupe met en jeu un écouté qui exprime une problématique, un écoutant qui interagit comme il en a l’habitude et deux observateurs qui analysent le jeu relationnel, à partir des critères de la grille de Porter. Retour en grand groupe pour un partage final : comment s’est passé l’atelier, qu’avons-nous appris sur nous-mêmes ?

−  Une note de synthèse sera rédigée par les animateurs et validée par les participants. 

Intitulé des autres ateliers

N°2 : La compréhension empathique

N°3 : L’authenticité (ou congruence)

N°4 : La considération positive

N°5 : La communication non violente

N°6 : Mise en application au sein d’une séance de groupe.