15 mars 2017

Vous n’ignorez pas que la question du corps est aussi au centre de la problématique alcoolique, un corps absent la plupart du temps. Qu’en est-il pour votre propre corps ?

Donc aujourd’hui je vous propose de prendre un peu de temps pour réfléchir sur le corps comme support de l’estime de soi. Dans ma pratique, les différentes représentations du corps sont présentes et je les soumets à votre réflexion :

Le corps que l’on a c’est-à-dire le corps considéré comme un objet, sain ou malade, jeune ou vieillissant, que l’on soigne, que l’on voit, soit une vue extérieure

Le corps que l’on est c’est-à-dire le corps considéré comme un sujet, celui qui est vécu, qui souffre ou qui éprouve du plaisir, animé d’émotions, de souvenirs, de rêves, de projets, soit une vue intérieure.

Quel est le rapport que vous entretenez avec votre corps : plaisir ou souffrance ?

Comment le vivez-vous dans la relation avec l’autre ? Quelles sont les conséquences dans vos choix affectifs, c’est-à-dire de votre famille, votre conjoint ?

Comment le vivez-vous dans le social en tant que femme ??

Quelles sont vos difficultés pour vous d’intégrer ces différents aspects de votre corps ??