Mercredi 14 mars 2018

La plupart des participantes arrivent  au groupe de paroles en ayant vécu un fort sentiment d’échec, échec de ne pas avoir réussi à sauver cet autre de l’alcool.  Ce sentiment est en plus accompagné de honte, d’un manque de confiance en soi  dans une certaine mesure Or dans cet échec se trouve la réponse à la difficulté rencontrée, le moteur d’une certaine réussite.

Si on ne reste pas fixé sur ce sentiment, il peut être l’occasion de réfléchir sur l’expérience vécue et repérer les limites qui se sont imposées, donc d’apprendre quelque chose sur soi  et rebondir, et de se tourner vers un changement.

C’est s’accepter imparfait.              

Avec l’alcool de l’autre, cet échec ne vous appartient pas puisqu’il s’agit pour votre proche alcoolique d’une problématique qui lui appartient. Bien entendu elle vient s’articuler avec vos propres problématiques antérieures à votre rencontre.

Je vous propose de parler de vos « échecs », ce qu’ils vous ont appris sur vous et comment vous avez pu rebondir vers un changement ?