Jeudi 14 Septembre 2017

Bénédicte S.

 L'égoïsme se définit comme l’attitude consciente de ne se préoccuper que de son intérêt personnel, au détriment de l’intérêt ou des besoins d’autrui. Une personne égoïste privilégie tout ce qui peut lui apporter du bénéfice et considère les individus en fonction de leur utilité. Au niveau groupal, nous pouvons aussi parler d’un égoïsme qui prend exclusivement en compte l’intérêt d’un groupe et de ses membres.

L'égotisme est un terme littéraire qualifiant « la tendance à s'analyser, dans sa personne physique et morale, ou à cultiver la forme d'expression que constitue le journal intime. » Au sens large, il peut faire référence à l’attitude de quelqu’un qui fait constamment référence à soi dans les conversations et qui exalte sa propre personnalité.

L’égocentrisme est un synonyme d’ égoïsme, lorsqu’il désigne une personne qui ne considère que ses intérêts personnels. A  l’opposé, l’allocentrisme désigne la tendance à centrer son attention ou ses activités sur autrui au détriment des intérêts personnels, une forme « d’altruisme aveuglé ». En psychologie, l’égocentrisme correspond à une étape développementale, lorsque l’enfant croit que ses perceptions et ses actions sont le centre de l’intérêt de tous, ce qui est une étape indispensable pour développer sa subjectivité. On parle de syncrétisme intellectuel et affectif pour décrire l’indifférenciation entre ses propres affects et ceux d’autrui, car l’enfant reste focalisé sur son point de vue et croit que tout le monde le partage. Après la phase d’égocentrisme survient un mouvement de décentration qui permet à l’enfant d’intégrer la vision des autres pour co-construire ses connaissances.

Nous pouvons associer l’individualisme à la notion d’égoïsme, lorsque l’on se réfère à la doctrine pronant le mythe américain du « self-made man » qui considère l’individu comme étant le fondement de la société et des valeurs morales telles que l’initiative individuelle, l’indépendance et l’autonomie. L’individualisme se rapporte aussi à l’affirmation de soi, comme être singulier distinct d’un groupe.

Par rapport à la problématique alcoolique, on évoque le recentrage sur soi qui renvoie à une forme « d'égoïsme éclairé. » Le recentrage sur soi allie une position d’ouverture aux autres et une bonne connaissance de soi, de ses fragilités, de ses repères, de ses besoins, de ses désirs et de ses qualités. D’après le Dr Gomez, « c'est un exercice qui associe la bienveillance pour soi et une discipline proche de l'ascèse, même par temps calme. Quand des événements extérieurs nous mettent à mal, plutôt que s'acharner à corriger ce qui est hors de portée ou de s'en désoler, un retrait momentané devient nécessaire. […] Le RSS aide à accroitre ses capacités de tolérance, après alcool. Le RSS est une mesure de protection qui aide à résister à l'assignation morale : « il devrait penser aux autres à présent qu'il a cessé de boire. »

Arrivez-vous à appliquer le rencentrage sur soi ? L’alcool a-t-il eu une incidence sur vos propres tendances égocentriques ou allocentriques ? Comment pouvons-nous tempérer nos tendances égocentriques ou allocentriques ?