Jeudi 21 Juin 2018​​

Bénédicte S.

La patience provient du latin « patientia » désignant l’action de supporter et d’endurer quelque chose. Elle est définie comme « une vertu qui fait supporter avec modération ; le calme, le sang-froid avec lequel on attend ce qui tarde ; la persévérance à poursuivre un travail malgré la lenteur de ses progrès ou malgré les difficultés ». La patience est donc considérée comme une qualité, une disposition morale pour supporter l’adversité.

La patience est parfois confondue avec un état de résignation, de lassitude, de docilité, de passivité, d’abandon. Ou bien elle peut être active et volontaire lorsqu’elle est mise au service de l’affirmation de ses convictions ou ses objectifsElle s’accompagne alors de capacités d’écoute, de confiance et de fidélité envers soi-même et autrui, de lucidité, de sensibilité, d’ouverture à l’altéritédu souci de s’attarder auprès de personnes pour les laisser aller à leur propre rythme.

L’impatience désigne l’incapacité à se contenir soi-même (fougue, impétuosité, pétulance, instabilité), le manque de patience pour supporter quelque chose ou quelqu’un (agacement, exaspération, colère), et le manque de patience pour attendre quelqu’un ou quelque chose (avidité, empressement, immédiateté). L’impatience se traduit par une agitation du corps et de l’esprit, une irritation psychique qui pousse à la décharge motrice dans l’action pour procurer le soulagement d’une tension interne. 

En cela, la patience et l’impatience peuvent questionner notre rapport à l’attente (qu’elle soit rêveuse, anxieuse, douloureuse), notre capacité de tolérance à la frustration, notre capacité à prendre le temps de la réflexion pour comprendre les événements, notre capacité à se soumettre à une temporalité qui n’est pas la nôtre.

La patience n’est cependant pas infinie. Il arrive qu’après l’heure, ce se soit plus l’heure. La patience fait partie d’une palette d’attitude adaptées, au même titre que le courage, la lucidité, le sens des opportunités ou le renoncement. 

Quelle est votre définition de la patience et de l’impatience ? Quelle est votre attitude vis-à-vis de la patience ou de l’impatience d’autrui ? Par quels moyens peut-on cultiver la capacité d’être patient ?