Jeudi 12 Juillet 2018

Bénédicte S.

L’étymologie du mot « intuition » renvoie au fait de « regarder attentivement, avoir la pensée fixée sur ». L’intuition est définie comme « toute connaissance immédiate et non rationnelle relevant du simple sentiment ; la faculté de comprendre vite, de prévoir, de deviner ». Elle ne procède donc pas d’un raisonnement délibéré et logique mais repose plutôt sur des sensations.

Eric Berne (psychologue) considère que l’intuition est un processus de traitement automatique et spontané des perceptions sensorielles, un savoir basé sur les expériences vécues, qui semble advenir en dehors du champ de la conscience. Cela explique qu’il ne soit pas toujours aisé de formuler avec précision comment l’on parvient à des conclusions intuitives.

L’intuition relève donc d’un mode de décision rapide, d’une évaluation instantanée d’indices externes et internes, qui est intimement lié à notre personnalité et nos valeurs. Parce qu’elle s’émancipe de la raison, qu’elle s’impose souvent comme une intime conviction, et qu’elle comporte une charge émotionnelle plus ou moins forte, l’intuition nous pousse fréquemment à agir, même si on ne parvient pas tout à fait à comprendre les raisons qui la motivent.

Cela dit, en tant que compétence cognitive, l’intuition demeure relativement fiable et efficace, elle n’est pas infaillible ni systématiquement trompeuse. La pensée intuitive ne suffit pas toujours à nous apporter des réponses satisfaisantes lorsqu’on appréhende une situation, c’est pourquoi elle est complémentaire de la pensée analytique. Cette dernière nous permet de remettre en question nos réactions émotionnelles, d’apprécier les conséquences de nos actes et d’agir selon nos principes moraux. Or, habituellement, nous utilisons la pensée intuitive dans des situations où nous disposons d’un temps limité ou lorsqu’on est face à une surcharge d’informations. Nous pouvons avoir tendance à prendre des décisions irrationnelles sur le moment, car le raisonnement logique est trop coûteux psychiquement, puis nous appliquons après coup la pensée analytique pour justifier ou rationaliser les décisions qu’on vient d’effectuer. Néanmoins, l’intuition peut illustrer la capacité humaine à donner du sens à des choses complexes et difficilement compréhensibles.

Que pensez-vous de l’intuition ? Avez-vous l’habitude de vous fiez à vos intuitions ou à celles d’autrui ? Quelles sont les intuitions qui vous paraissent les plus fiables ?