Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

Du bon usage de la philosophie politique

Il est, en définitive, facile de distinguer les sources des malheurs du monde actuel et, de dégager de ce fait, des pistes d’action alternatives.

Notre choix de pratique psy-alcoologique a été d’élargir l’approche réflexive de la problématique alcoolique à tout ce qui la détermine, en utilisant l’ensemble des grilles de lecture susceptibles de l’éclairer. 

Il n’est pas possible de comprendre les « problèmes d’alcool » sans utiliser les grilles de lecture psychopathologiques, systémiques et familiales, psycho-sociales, mais aussi les approches scientifiques, économiques, politiques et philosophiques. Les personnes qui renoncent à leur part de liberté en se conformant à l’addiction, sont assimilables à une sorte de prolétariat anesthésié, et de surcroît disqualifié par l’Opinion.

Différents intellectuels ont mis en exergue les plaies de ce que nous appelons, par euphémisme, la société hypermoderne.

Cette évolution a été voulue par l’oligarchie financière. Elle épouse de multiples formes : le pillage des ressources naturelles alors que leur mise en valeur pourrait constituer de vraies alternatives, l’absence de politiques locales autocentrées de mise en valeur écologique, économique et humaine, la multiplication et l’entretien des guerres localisées, l’exploitation et l’oppression croissante des « travailleurs », salariés ou non. La mise en avant des idéologies rétrogrades, religieuses, sécuritaires mais aussi matérialistes, la manipulation éhontée des masses par la mise en avant du sordide, de l’événementiel et de l’insignifiance, l’effondrement des bases éducatives et culturelles d’une réflexion pertinente, la politique de division et de haine entre les peuples, les ethnies, l’exploitation éhontée des fragilités humaines par l’extension de l’offre addictive, la mise en place d’une société de contrôle social par la bureaucratie numérique, la substitution des relations réelles par le nombrilisme des réseaux sociaux, l’hypocrisie érigée en Morale complètent cet état du Monde.

Notre pratique alcoologique s’inscrit dans une logique de refus de cet inacceptable crépusculaire et dans une recherche des progrès accessibles, sans exclure qui que ce soit a priori. Nous nous retrouvons dans une situation analogue à la fin des années 30. L’adversaire ne porte pas de petite moustache. Il ne gesticule pas. Il n’a pas d’uniforme. Il se situe d’abord en nous qui acceptons la dictature de l’argent et de ce qu’elle inspire. Nous refusons la violence. Nous lui préférons une philosophie politique, qui commence par la mise en question des addictions.