Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

Une année décisive

            En 2019, nous aurons du neuf, obligatoirement.

  Malgré les moments difficiles de 2018, pour autant, nous avons maintenu l’objectif de réflexion avec nos trois conférences (Empathie, Croyances, Autorité), et de transmission avec le livre « Vivre après l’alcool ».

Elle aura montré qu’il était possible de faire du bon travail avec une petite équipe cohérente et efficace (Site, maquettes, atelier-cinéma, groupe intégratif, consultations complémentaires).

Les comptes ont été clarifiés. Au sein des groupes, une mutation s’est amorcée. Nous avons continué à accueillir des étudiants. Nous avons assuré face aux Collectivités territoriales et à l’Assurance-Maladie. Nous avons pu nous rapprocher de celle-ci pour donner un avenir à la méthodologie et à l’activité de l’AREA.

Les débuts au sein de la Clinique Rive Gauche sont prometteurs. L’équipe soignante de cet établissement est accueillante et professionnelle. Nous aurons à garder ce cap et à assurer des avancées décisives, en lien avec les Pouvoirs publics.

La reconfiguration conduira à une révision des objectifs et des statuts de l’association.

Une première partie de la mission de l’AREA s’achève. Elle a permis, depuis 1989, le maintien d’une activité utile et créatrice. Elle a permis à une équipe soignante resserrée de travailler. Si l’activité dispose enfin d’un cadre fonctionnel stable, elle pourra remplir en toute tranquillité ses missions d’animation, de réflexion, de témoignage, de formation et de lien avec les Collectivités locales et les partenaires sociaux. Les soignants, de leur côté, auront gagné en indépendance financière et en sérénité. Chacun sera plaisamment à sa place et dans ses attributions.

2019, sera donc une année-charnière. Nous espérons tous cette évolution. Le climat politique et social du pays ne la rend que plus urgente.

                                                                     

                                                                     Henri Gomez, l’AREA