Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

Réalisation : Otto Preminger

Scénario : Ben Hecht,

D’après le roman de William L.Stuart

Date : 1950 / USA     Durée : 95 mn

Acteurs principaux:

Dana Andrews : le sergent Mark Dixon

Gene Tierney : Morgan Taylor

Gary Merrill : Tommy Scalise

Bert Freed : le sergent Paul Klein, ami de Mark

Tom Tully : Jiggs, le père de Morgan

Karl Malden : le lieutenant Thomas

Ruth Donnelly : la patronne du restaurant

Craig Stevens : Ken Paine

Grace Mills : la logeuse de Paine

 

SA / HA

 

L’auteur de la fiche a découvert ce chef d’œuvre d’Otto Preminger, avec son épouse, seuls dans une des salles de cinéma d’Utopia, un dimanche soir de juillet, en un temps où le repli social est devenu pathologique. Se perd le plaisir de fréquenter les salles obscures et le décor qui les entourent.

Otto Preminger fait partie des réalisateurs d’origine européenne qui ont assuré le rayonnement de l’industrie du cinéma nord-américain. Mark Dixon, détective est au moins l’égal de Laura, avec le même duo d’acteurs Dana Andrews et l’incroyable Gene Tierney.

L’histoire est relativement simple. Mark Dixon est un sergent de police caractériel. Le thème reste d’actualité. Il passe volontiers à tabac les malfaiteurs pour les faire parler. Sa violence est dans la continuité de son histoire. Son père était un homme de la « pègre ». Mark règle, inconsciemment, ses comptes avec l’image de son père. Dans l’histoire, son adversaire est d’ailleurs un certain Scalise, qui a succédé à son père. Scalise organise avec sa bande de malfrats des jeux clandestins destinés à dépouiller les provinciaux qui débarquent à New York avec des dollars en abondance. Il est drôle de voir Scalise se servir constamment d’un inhalateur : est-il enrhumé ou, plutôt, sniffe-t-il de la cocaïne ? Il était difficile, à l’époque du film, de contourner les interdictions de la censure officielle. Mark tue accidentellement Kayne, l’assassin alcoolique d’un texan qui avait fait « sauter la banque ». Compte-tenu de sa réputation, Franck, dans l’urgence, a le mauvais réflexe de se comporter en coupable en se débarrassant du cadavre. Il va être conduit, comme chargé de l’enquête, à faire connaissance avec l’irrésistible Morgan Taylor, qui avait été mariée à Kayne, sans rompre toute relation avec ce dernier. Elle avait été utilisée, à son insu, comme appât pour faire venir le texan poignardé après la fatale partie de dés. Mark, cet écorché vif, en tombe fou amoureux, alors même que le père de la jeune femme, chauffeur de taxi, se trouve devenir le suspect du meurtre, par un concours de circonstances. Mark se trouve dans un conflit cornélien insupportable. Il connaissait et appréciait ce chauffeur de taxi qui pourrait figurer le père sympathique, gentil et rêveur, qu’il n’a jamais eu. Son acte de dissimulation condamne les deux personnes auxquelles il tient le plus. Le spectateur peut découvrir chaque séquence, chaque plan de ce scenario de film noir, rédigé de main de maître par Ben Hecht et tourné avec un sens du détail parfait par Preminger. Les différents acteurs jouent juste.

Pour la petite histoire, Gene Tierney aurait pu être madame John Kennedy, à la place de Jacqueline Bouvier.

Comme pourrait le dire, un commentateur officiel : « ce film est un régal ». Ceux qui le découvriront lors d’une hospitalisation brève sont assurés de passer un excellent moment.

Les changements de trajectoire

L’histoire évoque bien les difficultés et les nécessités aléatoires d’un changement de trajectoire pour ceux qui, à l’âge adulte, n’ont pas réglés les problèmes d’une enfance traumatique. L’alcool n’arrange rien, bien sûr.