Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

SANSAL Boualem

Gallimard, 2015

 

Boualem Sensal précise avec soin que son livre est de pure fiction…. Impossible de penser que de tels événements puissent exister… « Dormez tranquilles, bonnes gens…Tout est parfaitement faux et le reste est sous contrôle »

Ati mène une vie heureuse en Abistan, immense empire, organisé autour de la dévotion au prophète Abi, délégué du dieu unique : Yölah …De fait, tout est simple : aucune pensée personnelle n’est tolérée, tout acte déviant et toute originalité sont efficacement traqués grâce à un système de surveillance omniprésent et zélé.. Grâce à tout cela, Abi baigne dans la sécurité et le bonheur….

De sérieux problèmes de santé le contraignent, momentanément, à quitter l’Abistan..  Dans le sanatorium, il découvre que -ailleurs- , des gens parlent librement, échangent sur des points de vue différents, ont des modes de pensée et de vie qui divergent . Dans un climat de tolérance et de liberté paisible…

Dès lors, à son retour, l’esprit d’Ati, envahi par le doute, ne peut plus se satisfaire de la paix qui règne dans le royaume d’Abistan : il en voit le prix à payer … Sa pensée, ouverte à l’esprit critique, a compris que le bonheur paisible dont il était satisfait jusqu’alors était conçu pour engourdir l’âme et le corps, pour façonner des humains soumis et malléables dans l’obéissance aveugle au Dieu unique et le maintien dans l’ignorance

Le retour en arrière n’est plus possible : aux aguets, Ati comprend qu’ici-même, des groupes clandestins vivent cachés dans des sortes de ghettos, des souterrains : des citoyens renégats, prônant la démocratie et la liberté de pensée…Ces gens vivaient là, autour de lui et il ne le savait pas !!!…

Chemin difficile pour chacun de se dégager du faux confort apporté par des addictions, des relations toxiques, des conformismes sociaux. Des modes de vie parfois destructeurs…

Boualem Sansal est un écrivain algérien portant un regard critique sur l’évolution contemporaine – politique et sociale -. Malgré les risques encourus, il a fait le choix de rester vivre en Algérie. 

 

HG : Nous serons d’accord avec l’auteur pour convenir que son livre est une « pure fiction ».

 En voici une autre. Bien avant 2084, en 2024, le grand-père d’Ati avait vécu une bien curieuse odyssée. Ayant fait le choix de respirer l’air de la Démocratie, il s’était retrouvé dans un pays où la nouvelle religion était la Préservation de la Vie. Tout le monde, des plus vieux aux plus jeunes restaient abrités, dans ce but, dans leurs logements, châteaux ou résidences exiguës. L’Etat s’était dégagé de toute superstition et, en même temps, il les tolérait toutes. Les différents clergés avaient tous approuvé les consignes du Ministère de l’Intérieur. Il n’y avait plus de vie sociale car seule comptait la vie de chaque individu, du plus vigoureux au plus décati.

La liberté était un phénomène spirituel que chacun pouvait cultiver devant son écran, en se nourrissant du programme de développement personnel en douze étapes proposé par le Ministère du Bien-Etre. L’Etat certifié laïc, avait offert, dans sa générosité, par le biais d’un report d’impôts et de taxes, un à trois home-trainers, par communauté familiale ou d’EPADH, selon le nombre de résidents. Un doux vrombissement remplaçait ainsi le silence, sans pour autant perturber la Méditation en douze exercices préconisée par le Ministère de la Libre-pensée. Les compétitions sportives se déroulaient désormais grâce à d’ingénieux dispositifs de bois fixés sur des tiges métalliques, animées par les Présidents de clubs. Chaque sport avait sa chaine sponsorisée par un des groupes financiers garants de la prospérité de la Planète.

Une rumeur s’était répandue : des réfractaires choisissaient de se réunir clandestinement dans les galeries du métro pour de dégradantes bacchanales. Aussi, le Ministère de la Prévention et de l’Hygiène avait obtenu que le réseau souterrain soit noyé. Cette décision avait eu pour avantage de supprimer les rats soupçonnés de véhiculer des maladies menaçant d’encombrer les Hôpitaux réservés aux grands et petits timoniers de la Démocratie Galopante. C’est ainsi que le Guide avait intitulé son programme politique.

Le grand-père d’Ati avait choisi de retourner au pays avec sa pension d’ancien ouvrier des voies souterraines. Il était devenu Imam puis dignitaire du Régime, avant qu’Ati décide lui-même, en 2084, de se rendre dans le pays de la Démocratie Accomplie. L’histoire s’était répétée par anticipation.