Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

Xavier Gorce

Gallimard, Tracts, n°28 2021

3€90, 39 pages

 

Xavier Gorce a été dessinateur humoriste au journal Le Monde pendant 19 ans. Il a démissionné, après que le quotidien a jugé bon de présenter des excuses pour un de ses dessins. Celui-ci tournait en dérision le tumulte créé par la publication du livre de Camille Kouchner, La familia grande, évoquant les turpitudes pédophiles de son beau-père. Il n’aura pas l’occasion de récidiver en mettant en image les révélations d’une journaliste-star de la TV sur l’addiction sexuelle de celui qui aurait pu être notre Président.

Le numéro n°28 de Tracts présente quatorze de ses dessins dépouillés, dont le personnage est un pingouin stylisé. Le texte est court mais explicite.

Gorce précise que sa décision a été prise à froid. Il est clair qu’à un moment la soumission devient acquiescement à l’insupportable.

Il donne deux explications convaincantes à la censure différée dont il a fait l’objet. La première est la tutelle réalisée désormais par les réseaux sociaux sur la liberté d’expression. La seconde se situe dans le fait que la bien-pensance a gagné les salles de rédaction et les maisons d’édition. Nous ne sommes plus en démocratie, même si, par comparaison avec d’autres pays, nous pouvons nous satisfaire de ses restes et tenter d’en faire bon usage.

Le fonctionnement des activistes des réseaux sociaux est résumé. Dans un premier temps, un propos écarté de l’idéologie terroriste en cours est repéré : « Peu importe que le propos (ou le dessin) soit problématique. L’important est qu’il puisse paraître l’être, car il ne s’agit pas d’interpeller, de débattre ou de questionner le fond mais de s’en servir comme d’un chiffon rouge quitte à le surinterpréter, le décontextualiser ou à en tordre le sens ». La seconde étape est de rameuter les vertueux virtuels. La troisième est de cibler les « comptes » des journalistes pour les conduire à faire connaître le « scandale ». Le phénomène participe à la culture « Woke ». Activistes des réseaux et journalistes complaisants sont les hérauts d’une sociologie de minorités. Ils se « voient comme des justiciers au service de causes sociales à relayer dans l’opinion ». Par malchance, les justiciers ne se soucient pas de comprendre la société et moins encore de prendre en compte l’impact des addictions et des carences de l’accompagnement psychothérapique.

Concernant le dessin de presse ou d’édition, Gorce souligne qu’il est universel, ciblé sur l’actualité et qu’il aide le lecteur, par l’humour qu’il véhicule, à quitter le registre de l’émotion pour celui de l’esprit critique. C’est le choix que nous avons fait pour Anesthésie Générale, en sollicitant le talent de dessinateur de François Gonnet, en ajoutant une légende de notre main aux croquis.

Le jeu des images d’écran établit « un nouveau rapport à l’événement placé sous l’angle du spectaculaire, du sensationnel et de l’émotionnel… Les images se substituent au réel ». « S’effiloche ainsi, par la perte de distance, la compréhensions des événements au profit de l’émotion qu’ils peuvent susciter ». L’idéologie compassionnelle implique de se poser en victime, et d’avoir, si possible, ses martyrs. « Subordonner le vrai au moral, c’est le projet de tout fondamentalisme ». « La liste est longue des sujets pour lesquels prendre de la distance avec la cause ou émettre un simple questionnement vous range dans le camp des réacs » et …des ennemis. « L’humour permet de s’écarter délibérément de l’indignation… L’humour est systématiquement combattu, souvent violemment, par les idéologues, les fondamentalistes et les activistes militants ».

L’auteur n’avait pas apprécié non plus le « indignez-vous » de Stéphane Hessel, un beau succès d’édition de masse. La radicalité des positions, souligne-t-il, n’est souvent qu’une posture. Il cite Umberto Eco : « Les réseaux sociaux ont donné le droit à la parole à des légions d’imbéciles qui avant ne causaient aucun tort à la collectivité ». Ce genre d’interventions témoigne avant tout d’un narcissisme affirmatif qui nivèle toute hiérarchie du savoir ».

La conclusion est facile à trouver. Elle se situe dans l’effort d’exactitude, la prudence avant les affirmations, le refus des particularismes d’exclusion ou d’assignation, des censures, des injonctions à « penser lisse ».