Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

Pierre Bergounioux

Gallimard, Tracts, n°3      2019

3€90, 29 pages

Le tract de mars 2019, signé par le littéraire Pierre Bergounioux, avant que se déclenche le confinement de la covid19, souligne par sa quatrième de couverture : « On attendait d’énergiques initiatives, des changements effectifs, de vrais événements. Ils ne se sont pas produits. Cinq décennies ont passé en vain, à vide, apparemment. » L’essai de l’auteur vise à situer le cadre antérieur au mouvement des Gilets jaunes. Depuis, une actualité chassant l’autre, nous avons eu un long épisode de sidération sociale et politique avec la pandémie.

L’auteur revient brièvement sur le demi-millénaire durant lequel les États européens se sont disputés la suprématie mondiale. Il explique l’échec de l’Allemagne de Guillaume II et le fourvoiement inévitable de la Révolution russe. Il peut en déduire qu’aucune des « initiatives suscitées par la passion de l’égalité n’a abouti » (p18). À propos de Mai 68, il peut constater que « la guerre civile n’a pas eu lieu », grâce, semble-t-il, au savoir-faire du Préfet de l’époque, Maurice Grimaud. Il s’interroge, pour finir, sur ce qui sortira du mouvement des Gilets jaunes.

Nous avons, aujourd’hui, la réponse : une politique de contrôle de l’opinion et de fabrique de l’inertie sociale, une virtualisation accélérée des relations humaines. Et comme, par le passé, la continuité dans l’évitement politique des problèmes à l’échelle de la société et de la planète. Il s’est produit un décrochage du réel, sans précédent en temps de paix, avec une multiplication des offensives idéologiques recherchant l’anesthésie du plus grand nombre. Avec les variants du Covid-19 et les autres thèmes de prédilection des mass médias, il est plus que jamais assuré que les inégalités se creuseront, précarisant de plus en plus la paix sociale. Les prochaines tensions ne prendront pas forcément la sympathique concentration des barbecues aux ronds-points.

L’essai ne dit rien sur l’égalité. Ne soyons pas trop sévères. L’égalité antérieure, celle qui a accompagné en France les « Trente glorieuses », subsiste encore en partie. Elle assure même une apparence de stabilité. En pratique et dans les faits, les inégalités se creusent guidées par l’argent et par le souci de neutraliser les populations marginalisées. La logique de consommation continue de jouer son effet de leurre. Chacun peut dépenser ce qui lui revient et même parfois au-delà. L’Etat-providence est épuisé dans la mesure où il est assez efficacement pillé au nom des grands principes. Ainsi, personne ne cille devant la prévention d’une pathologie telle que celle du cancer du côlon. Un tel acte, régulièrement renouvelé par une fraction de la population, est coûteux et pas toujours anodin. Ce type de prévention est une préoccupation de nantis. Sur un autre plan, quelles que soient les imperfections d’un vaccin, comment le refuser quand c’est la garantie d’un retour à une liberté minimale ?

L’égalité s’entend souvent comme une somme de « droits ouverts » sans mesure ni contrepartie. L’égalité s’entend comme « donner accès à » mais, en matière de choix d’établissements scolaires, nous voyons bien que l’enseignement privé peut désormais récupérer les éléments dont les parents peuvent payer les inscriptions, de plus en plus onéreuses à mesure que la sélectivité des parcours étudiants s’accroît. La Justice est surdéterminée par les choix politiques de « gérer les marges » et de ponctionner des « solvables ». Contrairement à ce qu’affirme Alain Bergounioux, des « initiatives énergiques », des « changements effectifs », des « événements » s’ajoutent les uns aux autres. Ils sont masqués pas les rideaux de fumée des médias, le défaut de dialogue entre ceux qui subissent, partout, ici et ailleurs, le grand chambardement induit par la mégamachine. Celle-ci s’emploie à les distraire, à les opposer, à les endormir. Jamais la fuite en avant n’a été aussi évidente.