Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

27 septembre 2021

 

Le thème de la spiritualité a été le plus gros ajout de la dernière version du manuscrit Anesthésie générale. J’ai ajouté un paragraphe nettement plus court sur les croyances qui allaient de soi. J’ai essayé également d’analyser la nature des phénomènes de « désilience », l’impact des logiques en cours, en termes d’idéologies et de pratiques dominantes, qui empêchent, dénaturent ou détruisent les « forces spirituelles ». La nouvelle et dernière version est disponible. Il sera possible de la découvrir. Elle ne clôture bien évidemment pas le débat. Au contraire, elle peut servir de point de départ pour réfléchir ensemble, explorer et remettre en cause des notions qui semblent aller de soi. La particularité de notre réflexion est de court-circuiter les références pour éviter d’en être prisonniers. L’objectif d’une réunion est, en effet, d’exercer son esprit critique à partir de son expérience.

Qu’entendre par « forces spirituelles » ? Par déduction, on peut distinguer les forces matérielles ou virtuelles. Les premières n’ont rien de spirituel : la force des armes, la force de l’oppression économique des dominants sur les dominés, la tyrannie des prix des matières premières définies par les pays riches sur les pays pauvres, les réductions arbitraires de liberté… Les secondes sont également dangereuses, avec les médias aux ordres des dominants, la cacophonie des messages virtuels et des affirmations mensongères, la manipulation de masse, d’où qu’elle vienne.

On peut distinguer des forces spirituelles la morale ambiante quand elle engendre la soumission, l’adhésion à des normes déstabilisantes ou destructrices. De nombreuses addictions prolongent des pratiques données comme normes et comme références.

Il reste à définir ce que l’on peut réunir sous le terme de forces spirituelles : l’esprit critique, le souci de justice sociale, le courage, la persévérance, la bienveillance, le refus de se plier à des pratiques inacceptables qui ne respectent pas la dignité des personnes ou l’intérêt général…

À vous de valider et de compléter cette liste, en l’illustrant.