Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

3 janvier 2022

 

Je ne revendique aucune compétence dans l’interprétation des rêves. Je vois les rêves comme une sorte de délire. Des rêves angoissants, par exemple, peuvent être suscités par le poids des couvertures. Pour l’ordinaire, la fonction des rêves évoque l’activité d’une machine à laver la vaisselle. Des préoccupations, des peurs, des désirs plus ou moins refoulés peuvent, sur la base d’images de la journée, produire un scénario plus ou moins cohérent, parfois franchement absurde, rapidement dissipé par le réveil. La force de ces rêves est, à l’état physiologique, de délester le cerveau de ses affects le plus encombrants.

Qu’en est-il des rêves conscients ? Ces rêves-là sont ordonnés par nos désirs. Ils peuvent susciter des projets. Ces derniers peuvent donner sens à notre vie, canaliser nos énergies. Ces projets, autant que les contraintes, contribuent à façonner notre vie. Quelles sont les origines de nos rêves conscients ? Il convient d’admettre que la plupart de nos rêves est influencée par nos milieux d’appartenance, la société dans laquelle nous vivons, notre origine sociale, les modèles parentaux et, parfois les effets de mode. Les rêves qui méritent le plus le pronom possessif dépendent de notre imaginaire, de nos références culturelles, parfois également du hasard d’une rencontre.

La force des rêves dépend du désir initial mais également de notre capacité à les mettre en œuvre. Leur réalisation partielle donne l’énergie de poursuivre la concrétisation du rêve, d’en faire une réalité tangible. Un rêve ne s’épuise que s’il n’est pas alimenté par ce que nous pourrions appeler des « retours sur investissement. » Les retombées d’un rêve peuvent alimenter sa force, soit par les effets espérés, soit par des résultats inattendus qui se révèlent aussi agréables que ceux que l’on espérait. Ils débouchent aussi sur des désillusions, des résultats à l’inverse de ce qu’ils promettaient.

Que pouvez-vous dire des rêves du sommeil et des rêves éveillés ?

Ces derniers ont-ils été pour vous, principalement, une source de déception ou de satisfaction et pourquoi ?