Thèmes du lundi  |  du jeudi  |  du vendredi      

18 janvier 2021

 Exprimer un désaccord n’est pas chose aisée. La personnalité de chacun intervient. Certains accumulent pendant très longtemps l’expression de leur désaccord, d’autre font preuve d’explosivité. Exprimer son désaccord peut se réaliser en respectant l’interlocuteur, en essayant de garder à la discussion les formes de la politesse. À l’inverse, l’expression du désaccord peut être violente, agressive, avec l’intention manifeste de blesser l’autre, de l’humilier. Certaines personnes n’ont pas conscience de la violence de leur propos. Ce qu’ils expriment est formellement acceptable. Leurs tons et leurs sous-entendus ne le sont pas. La conflictualité peut faire intervenir des divergences d’opinion mais plus souvent les désaccords mettent en jeu des divergences d’intérêt et de conceptions du monde, ou des oppositions d’égos.

Est-il possible de conseiller des façons de procéder plus appropriée que d’autres dans l’expression de la conflictualité ? Encore une fois, la personnalité intervient d’abord. Cependant, l’interlocuteur a son rôle dans le devenir de la relation. Le cadre de la consultation est un bon exemple pour parler de conflictualité. Il est normal que le consultant arrive avec des peurs, des préjugés, des résistances. C’est au consulté de s’adapter, de créer les conditions d’une liberté de parole afin de mieux ajuster les réponses.

Dans des contextes plus passionnels, il faut savoir ce que l’on veut quand un désaccord apparait. Il faut se demander si la raison invoquée n’est pas que le prétexte d’une dispute, s’il n’y a pas de raison plus profonde, informulée ou même impensée. Nous devons savoir ce qu’il nous importe de sauvegarder, malgré les désaccords, tout en identifiant ce que l’autre est capable d’entendre.

À une autre échelle, nous pouvons évoquer les désaccords entre, par exemple, des administrés et les Pouvoirs publics. Il est difficile voire impossible d’exprimer des demandes aussi justifiées qu’elles soient et des protestations face à un Pouvoir qui se moque éperdument de nos ressentis. Les possibilités d’expression de la conflictualité se réduisent alors à rien, à moins de choisir des recours devant la Justice ou des formes de violence dont l’effet principal est habituellement de conforter la Violence légitime.

Dans le cas de la problématique alcoolique, la consommation, par les effets induits, crée un climat de violence et de conflictualité. Pour sortir de l’impasse des affrontement et des promesses stériles, nous savons quelle est la seule alternative possible : rompre avec l’alcool, rompre avec l’environnement problématique et surtout effectuer un travail sur soi, « balayer devant sa porte » en quelque sorte, revoir sa relation à soi et à l’autre.

Nous ajouterons un commentaire sur la non-violence active pour notre réunion mais, pour notre échange, une double question :

  • Comment procédez-vous dans l’expression de vos désaccords ?
  • Comment réagissez-vous face à une agression verbale ou à des critiques vous concernant ?

 

Complément

 Non-violence active

 La non-violence active (NVA) correspond au programme génétique de l’AREA. L’expression peut se confondre avec la « patience active ». Elle s’en distingue sur une nuance : alors que la patience active peut être un mode de relation, la non-violence active s’apparente à une stratégie de lutte.

Si nous prenons l’exemple de la situation sociale et des effets du confinement, nous pouvons comprendre les ressorts de la non-violence active et la distinguer de la patience de même qualificatif. La patience active se limite, dans notre contexte, à savoir attendre la fin des interdictions en se conformant à ce qui est recommandé par le Pouvoir, même si les règles imposées apparaissent absurdes, contradictoires, infantilisantes, économiquement et socialement destructrices.

La NVA s’efforce d’éviter les pièges opposés de la provocation et de la passivité. Plutôt que de s’enfermer dans des actions faisant le jeu du Pouvoir, en indisposant l’Opinion, elle s’efforce de créer un climat propice à l’éveil de l’esprit critique.

Pourquoi, par exemple, continuer de manifester dans les rues alors qu’inévitablement des groupuscules cagoulés s’infiltrent mystérieusement dans le défilé ou à sa périphérie ? Ils se livrent à des dégradations dont personne ne veut sauf ceux qui visent la Diversion. Ces manifestations perturbées mobilisent la Police dont la fonction, jusqu’à preuve du contraire, est de protéger les citoyens. Elles nourrissent le vide de l’information permanente. Une patiente d’origine italienne me racontait que l’enlèvement et l’assassinat d’Aldo Moro, par les Brigades Rouges, avaient été favorisés par les USA pour faire échouer le Compromis historique permettant l’union gouvernementale de la Démocratie Italienne, animée par Moro et du Parti Communiste Italien, dirigé intelligemment par Enrico Berlinguer.

Si nous prenons en compte la réalité économique, politique, étatique et idéologique des Dominants, plusieurs moyens non-violents peuvent être préférés. Nous avons la mémoire historique des « Cahiers de doléances » qui ont précédé la Révolution. Il est possible, dans le strict respect des règles démocratiques, d’établir des « Cahiers Blancs » et de propositions, branche par branche d’activités, par des réunions réelles ou virtuelles. Ce type d’initiatives aurait le mérite de raviver une vie démocratique exténuée. Les idées fortes qui émergeraient de ces échanges pourraient donner lieu à des inscriptions murales aux endroits autorisés ou désaffectés. Les graffitis de phrases-chocs pourraient contribuer à atténuer l’anesthésie générale. Face à la crise de désaffection concernant la vie politique, syndicale et même associative, elles combattraient la passivité.

D’autres initiatives peuvent viser le pouvoir économique et médiatique. L’idée de boycott peut s’exercer à l’échelle individuelle. Boycott des informations officielles, usage sélectif des émissions télévisées et des réseaux sociaux. Un boycott tout aussi efficace peut s’appliquer au secteur marchand : pas de commande par internet, usage parcimonieux des grandes surfaces aux bénéfices des marchés et des commerces de proximités ayant le souci du consommateur.

Il est devenu habituel dans le jeu social que les pouvoirs publics misent, après le stade du mépris, sur le pourrissement des mouvements sociaux. Le confinement nous donne la voie à suivre. Il suffit, les revendications exposées de façon réaliste, en l’absence de véritable ouverture, de rester chez soi, indéfiniment jusqu’à satisfaction des attentes démocratiques.

Il est en effet impossible d’éviter la conflictualité face à des castes qui tiennent la population pour quantité négligeable. La « méga-machine »1 décrite par Fabian Scheidler continuera sa course folle si les populations dans leur diversité d’appartenance s’avèrent incapables de faire prévaloir une autre logique que celle en cours.

  1. La fin de la mégamachine, Sur les traces d’une civilisation en voie d’effondrement, de Fabian Scheidler, Seuil, 2020

 

11 Janvier 2021

Le confinement / déconfinement – déjà un an – distend les liens affectifs, supprime des « plaisirs innocents », crée une ambiance qui génère de la peur, de la passivité, de la dépression…

« Comment éviter la dépression » est une question d’actualité !

Rappelons que la personne alcoolique a trouvé dans le produit le moyen d’éviter la dépression jusqu’au moment où l’effet-médicament s’inverse, sans même faire intervenir les raisons concrètes qui peuvent déprimer quelqu’un, engagé dans la spirale des ennuis et des soucis relationnels, sociaux et physiques de l’alcoolisation. La personne alcoolique, souvent, décolle insensiblement du Réel et telle la cigale de la Fable se trouve dépourvue quand la bise s’installe.

Avant d’aller plus loin, vous pouvez décider de ne pas prendre connaissance de ce que je vais signaler, pour mieux apprécier quelles sont les réponses que vous imaginez et pratiquez. Je propose d’appeler cette façon de procéder la « méthode Alexandre », puisque c’est à Alexandre que revient l’idée d’une mise en réflexion spontanée, face à la thématique proposée.

Mon cerveau lent a besoin de temps pour distinguer des pistes.

Lorsqu’une personne interrompt l’alcoolisation, elle doit être en situation d’affronter le réel. Quelquefois, la récupération des capacités cognitives est immédiate et complète. La perte de lucidité était strictement corrélée au taux d’alcoolémie. D’autres fois, le cerveau est endommagé. Assez souvent, le cervelet, organe de l’équilibre, et le cortex, lieu de la pensée, sont atrophiés, comme en témoigne l’élargissement de l’espace entre les circonvolutions. La récupération sera lente. Quelquefois, les dommages sont irréversibles.

À l’arrêt de l’alcool, les nuages se dissipent. Le décor se dessine de plus en plus nettement. La dépression, jusque là masquée, peut s’installer. Elle prend souvent la forme de l’ennui, d’une absence de désir, d’une difficulté à trouver du plaisir. Cet état n’est pas la dépression. Il ne répond pas nécessairement à un anti-dépresseur. Comment, à l’arrêt de l’alcool, éviter la dépression ?

Les premiers temps qui suivent l’arrêt de la consommation correspondent à une période de deuil : deuil du produit, deuil de l’anesthésie, de la fuite en avant, deuil de la toute-puissance artificiellement procurée par l’alcool. Parler de l’alcool, compter les jours, les semaines et les mois d’abstinence sont des manières de faire le deuil du produit. On se lasse de tout, même de célébrer le « cher disparu ». Le deuil amorcé, il devient possible de passer à autre chose.

Revenir sur son histoire est une étape importante dans le dépassement de l’addiction. L’entretien d’histoire inaugure cette étape. La synthèse qui en résulte aide à prendre du recul. La psychothérapie individuelle et le travail en groupe intégratif sont de nature à mieux comprendre les ressorts invisibles de l’alcoolisation. Peu à peu, le sujet prend conscience des différents facteurs ayant abouti à la dépendance alcoolique. Il apprend à se connaître mieux. Encore faut-il qu’il dispose d’interlocuteurs soignants ou aidants capables de l’aider dans ses prises de conscience.

Une personnalité dépressive ne peut se transformer de façon radicale. En s’effaçant, la sidération dépressive peut faire place à une dépressivité redonnant place aux initiatives, aux rencontres, à la créativité. Une personnalité dépressive est le plus souvent ambivalente. Une partie d’elle reste compatible avec l’humour, le rire et la joie. Une étape décisive sera sa capacité à s’accepter telle qu’elle est mais également à se relier aux autres, à ceux qui en valent la peine, à l’Autre, si on peut appeler ainsi la recherche spirituelle, mais également l’acquisition d’une philosophie de vie et d’une conscience politique.

À ce stade, la personne est soutenue par un épicurisme pragmatique et citoyen. L’alcool est loin. Le sujet a achevé un parcours initiatique. Quel que soit le temps qu’il lui reste, la suite vaudra la peine d’être vécue. La suite, c’est chaque jour qui se présente quand les yeux s’ouvrent et qui s’achève quand les yeux enfin se referment avec la sensation d’avoir vécu une nouvelle journée.

En fonction de votre expérience, qu’avez-vous à dire pour éloigner la dépression ?

 

Lundi 4 janvier 2021

Les relations intrafamiliales sont tellement diverses et variées que la contribution de chacun ne peut qu’être individuelle.

Elle peut faire référence à l’histoire personnelle et familiale, pour faire la part des traumatismes de la nature des liens respectifs, des contentieux éventuels, des sources de repère et de résilience, des problèmes identitaires et culturels, sans parler des antécédents en termes d’addictions ou de difficultés d’ordre psychopathologique.

Les relations intrafamiliales se déclinent également au présent. Elles font intervenir ce qui a été schématisé sous la forme des « cercles de résilience » : le sujet, le partenaire affectif, les enfants éventuels, les parents, les autres personnes qui comptent. Il est nécessaire d’apprécier l’état des relations entre conjoints, parents et enfants.

Le schéma des cercles souligne bien le fait que c’est la personne qui est le « cœur de cible ». C’est à elle que revient l’organisation de sa vie relationnelle comme de son monde intérieur.

Qu’est ce qui vous fait aujourd’hui le plus problème dans vos relations intrafamiliales et, au-delà, sur votre vie relationnelle extérieure ?

Inversement, quel sont vos meilleurs appuis ?